Lindus et Crête de Laurina ou Laurinaga

Crête chargée d'histoire,
 facile mais ventée (!..), pour terminer l'année.
Cliquer sur les photos pour les agrandir.
 Plan du parcours;
portions retour et AR Trona en rouge.

 Col de Lindus, direction le Lindus à gauche.

En montant vers le Lindus.

Accueil bien venté
au sommet du Lindus...

 Depuis le sommet du Lindus,
restes de l'enceinte fortifiée (Redoute)
puis Autza, Gorramendi, Iparla, Adartza. 

Depuis le sommet du Lindus,
restes de l'enceinte fortifiée (Redoute)
puis Mendihaundi, Adi

Depuis le sommet du Lindus,
restes de l'enceinte fortifiée (Redoute), puis Astobizkar.

 Depuis le sommet du Lindus,
restes de l'enceinte fortifiée (Redoute)
puis plaine de Burguete-Auritz.

Depuis le sommet du Lindus,
Adi, Isterbegi, Saioa; plus près, Urtarai.. 

  Depuis le sommet du Lindus,
zoom sur Autza, Gorramendi, Iparla.

Depuis le sommet du Lindus,
Adartza, crête de Lauriña.

 Depuis les environs du col Mizpirachar,
Aiako Harria / Trois Couronnes, Larrun / La Rhune.

 Depuis le sommet d'Atxistoi,
Okoro, Alba...

 Sommet de Txapelarriko Kaskoa, restes de redoute
 et BF n°159, sur fond de Lauriña.

 Depuis le sommet de Txapelarriko Kaskoa, 
col de Berhain et vue sur Lauriña ou Lauriñaga.

 Montée finale de Lauriña ou Lauriñaga.

 Depuis le sommet de Lauriña ou Lauriñaga
antécime NW, puis Autza, Gorramendi, Iparla au loin, 
et plus près, Argarai, Adartza, Mendimotza..

 Depuis le sommet Est de Lauriña ou Lauriñaga,
massif d'Argarai-Adartza.

 Depuis le sommet de Lauriña ou Lauriñaga,
regard en arrière sur Atxistoi, Lindus, Mendixipi...

 Vol de vautours sur Lepoeder...

 Début de la descente, vue sur
Atxistoi, Trona, Lindus, Mendixuri...

 Depuis le sommet de Trona, 
restes de redoute et en arrière-plan, Astobizkar.

 Depuis le sommet de Trona,
Castilllo de Acher et Visaurin  enneigés,
entre Erdilo et Girizu.

 Depuis le sommet de Trona, 
restes de redoute et Lindus.

Collégiale de Roncevaux.

26 décembre 2018:
Débonnaire et évidente par temps clair et en absence de neige, la crête Lindus-Lauriña est surtout connue pour abriter de nombreux vestiges de redoutes aménagées au fil des siècles. Située près de Roncevaux/Orreaga/Roncesvalles et des lieux probables de la "fameuse" bataille (1), la région voit également passer chaque année de nombreux pèlerins en route pour St Jacques de Compostelle.

Des lieux chargés d'histoire qui connaissent aujourd'hui une certaine fréquentation, en raison de  leur facilité d'accès par les routes et/ou pistes qui balafrent le massif, surtout en période de chasse où les palombières se peuplent bruyamment ...(2)

Ces redoutes ont été probablement construites pour défendre la Navarre contre les troupes espagnoles d'Isabelle la Catholique au XVème siècle. Aménagées à plusieurs reprises, elles furent ensuite utilisées pendant les  guerres révolutionnaires de 1793, et quelques années plus tard lors d'une campagne napoléonienne.  (3)

Je n'étais pas retourné à Lindus depuis 1992 et notre - très ancienne! -  "HRP Basque.."
Ce fut un réel plaisir d'y revenir, ainsi que de visiter la crête jusqu'à Lauriña ou Lauriñaga, malgré un vent violent qui nettoyait heureusement le ciel. La randonnée, évidente, se déroule le long de la clôture du Kintoa/Pays Quint, autre témoin d'une époque ancienne, et bien pratique pour se repérer en cas de mauvais temps.
  • (1) Plusieurs historiens situent les lieux de la bataille de Roncevaux près du col Lepoeder et des flancs de l'Astobizkar
  • (2) Un programme Aquitano-Navarrais d'observation des oiseaux est installé près du col de Lindus...  et des palombières... Ce beau monde n'a plus qu'à cohabiter avec intelligence...
  • (3) Beau résumé ici, de cette tranche d' histoire originale...

RESUME DU PARCOURS..........
.......................... sur mon autre blog

Chapelle St Sauveur de Tende, aux portes du Mercantour

Petite infidélité aux Pyrénées,
dans  la torpeur estivale...
Cliquer sur les photos pour les agrandir.
Tende, vue générale depuis le cimetière.

Regard en arrière sur
le départ du sentier.

Petit replat.

Panneaux près de la Via Ferrata.
Au loin dans la paroi, la curieuse Grotte des Hérétiques.

Via Ferrata.

Via Ferrata, dont pont hymalayen..
.. vu de loin...

Vallée de la Roya depuis le sentier.

Bifurcation 
avant la montée finale.

Suite de la montée
et main courante.

Chapelle St Sauveur en vue.

Arrivée à la Chapelle.

Depuis la Chapelle St Sauveur,
hauteurs de Tende et contreforts du Mercantour..

Depuis la Chapelle St Sauveur,
partie Est de la vallée de la Roya..

Au retour, vue sur le pont suspendu.

Basculement et croisement
avec la Via Ferrata.

Basculement vers le sentier.

Sentier de descente.

Vallée secondaire.

La Roya menacée par l'orage.

Chapelle et Via Ferrata vues d'en bas...

Tour Lascaris et son Horloge,
au pied du cimetière de Tende.

Fontaine du Traou
au centre  du village.

Collégiale de Tende.

Pierre gravée venant de la vallée des Merveilles,
exposée au musée des Merveilles de Tende.

3 août 2018:
Une fois n'est pas coutume, j'ai osé m'aventurer en montagne loin des Pyrénées, non loin de la Riviera française où je coulais des jours de vacances en mode farniente....

J'en ai profité pour faire une incursion au dessus  du village de Tende, situé au coeur de la vallée de la Roya et aux portes du Parc National du Mercantour. On atteint ainsi  la Chapelle St Sauveur, au terme d'une courte mais énergique montée, dont la partie finale, bien que facile sur sol sec et équipée d'une main courante, est exposée.

La randonnée démarre au niveau  de la gare où les touristes sont hissés par le pittoresque "Train des Merveilles", venu de Nice.

Courte mais spectaculaire, cette sortie m'a donné vraiment envie de venir voir de plus près le Mercantour, sa vallée des Merveilles, ses lacs éclatants et ses sommets acérés. Un jour peut être. ..
  • (1) Chapelle du XIIIème siècle, avec fresques murales du XIVème siècle, parmi les plus anciennes du département des Alpes Maritimes. Elle a été restaurée dans les années 1980 et est classée au titre des monuments historiques depuis le 26 mai 2000. Elle était malheureusement fermée lors de ma visite...

RESUME DU PARCOURS:
Passage exposé dans la partie finale, 
 mais équipé d'une main courante.

0h 00: Gare de Tende. 817m. On se dirige vers l'Avenue du 16 septembre 1947 (D6204) par la rue de la gare. 
En montant de façon continue vers le sud, on atteint les dernières maisons, au-delà de la balise 70. Dans une rue discrète, on repère un lavoir médiéval hélas partiellement taggé...
0h 25: Tour de l'Horloge et cimetière. Vue panoramique sur le village de Tende et la vallée de la Roya.
Le sentier file à gauche / Est  du cimetière, au dessus d'un muret (panneau, Balise 66) et monte aussitôt sévèrement. En été, la chaleur peut être étouffante au milieu d'une végétation très sèche. Heureusement on atteint un bosquet de pins bien agréable vers 1000m.
0h 45: Parvenu(s) au panneau de départ de la via ferrata, on emprunte le sentier de gauche.
Après la balise 68, on passe un nouveau panneau. On laisse la direction du Colla Megiana à gauche pour bifurquer à droite.
1h: Pour rejoindre la crête, on franchit d'abord  un pas rocheux puis on prend rapidement pied sur des marches, en s’aidant du câble. Le cheminement est facile sur sol sec et en l'absence de vent, mais il faut rester vigilant.
On bascule versant est, en suivant le sentier étroit, toujours le long du câble -portion la plus exposée qui surplombe le village de Tende.
1h 20 environ: Chapelle  St SAUVEUR  de TENDE à 1107m; XIVème siècle, restaurée  en 1988. Belle vue sur la Haute Roya et le vallon de Morignole qui se prolonge jusqu'au Piémont italien.

Je suis revenu par  le même itinéraire.
2h environ: Cimetière de Tende. 
La visite dans le village aux rues étroites -collégiale, oratoire, plusieurs fontaines anciennes...- peut se poursuivre vers le sud jusqu'au Musée des Merveilles situé près de la Gare, et permet d'effectuer une belle boucle à la fois sportive et culturelle...

----------------------------------------------

Petit souvenir en vidéo:    Chapelle St Sauveur de Tende

La paix des Braves à l'Oelharisse..

Sortie musclée, en ce 11 novembre 
décidément "mémorable" ...
Cliquer sur les photos pour les agrandir.
Plan du parcours.
Portions de descente en ROUGE.

Première montée raide au-dessus 
de L'Abérouat.

Muraille de l'Oelharisse et ses couloirs.

Couloir sud depuis l'éperon herbeux.


Approche du couloir de gauche.

Billare, Peneblanque et Anie 
depuis la base du couloir.

Sommets aspois dont le Sesques,
depuis la base du couloir.

Robert  au pied du couloir 
et de ses éboulis. ..

Remontée du "couloir-faille "

La faille vue d'en haut.

Anie et Countendé depuis la sortie du couloir.

Mail d'Eygarry depuis la montée vers le Pic Oelharisse.

Anie et Soumcouy depuis la crête.



L'une des dernières brèches- donnant sur le Billare -,
avant le sommet du Pic d'Oelharisse.

Depuis les environs du sommet du Pic Oelharisse,
Pic d'Anie et Countendé.

Depuis les environs du sommet du Pic Oelharisse,
Billare, Trois Rois, Peneblanque.


 Depuis le sommet du Pic Oelharisse,
ciel un peu plus dégagé sur Mailh Massibé...

Depuis le sommet du Pic Oelharisse,
Bergon, Marère, Montagnon d'Iseye..

Les cimes d'Aspe-Ossau depuis le sommet.

Début de la descente de l'Oelharisse.


Descente de la crête d'Oelharrisse
dans les lapiaz et la neige.
Au loin, le Soumcouy.


Descente du couloir légèrement à l'Est.

Partie centrale du couloir,
la plus exposée.

Un spit au milieu du couloir.
Photo de Robert.

Depuis la descente du couloir,
l'entrée du Cirque de Lescun.

Fin de la partie 
la plus délicate du couloir.

Le couloir de descente, 
vu d'en-bas....

Descente de l'éperon herbeux et les 2 couloirs empruntés.

Descente prudente de l'éperon ...

Pâturages au-dessus du Refuge de L'Abérouat.



Vestige de remontée mécanique (!)..

Refuge de L'Abérouat et Pic d'Anie-Countendé.

Dernier regard sur la muraille.

Lescun.

11 novembre 2018:
Sortie assez courte mais rude et spectaculaire au nord du Refuge de L'Abérouat, en bordure du Cirque de Lescun toujours aussi esthétique...

En ce 11 novembre 2018 marqué par les commémorations du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, nous avons franchi le rude "défilé" croulant de la muraille située entre les Orgues de Camblong et le Pic Oelharrisse..., à 11 heures précises et au point coté 1918... Le hasard fait parfois bien les choses... Cet instant émouvant et presque solennel fut suivi d'une progression ventée sur sol enneigé jusqu'au Pic Oelharisse ou Oueillarisse, à l'extrêmité Est  de la muraille.

Nous sommes revenus par un autre couloir tout aussi instable...et encore plus raide (!), légèrement à l'Est de celui que nous avions emprunté à l'aller. (1)

Merci à Robert initiateur du projet, à Roland, Sylvie et Eric pour leur compagnie enthousiaste sur ce parcours exigeant.
  • (1) Ce couloir très croulant comporte en outre de courts passages d'escalade ...ou désescalade..(I+). Il existe plus à l'Est un dernier couloir, un peu plus abordable, conduisant au col de la Hache, et permettant de réaliser l'ascension de l'Oelharisse, du Mail d'Eygarry, voire de prolonger l'effort (par très bonnes conditions) en direction des Orgues de Camblong à l'Ouest.

RESUME DU PARCOURS:
Passages exposés sur couloirs croulants.
Descente très instable (I+ exp.), risque de chutes  de pierres. 
Casque indispensable.

Accès route: Refuge de Labérouat ou L'Abérouat que l'on atteint depuis le village de Lescun en vallée d'Aspe (signalé depuis le village, bien suivre les panneaux...)
Le départ a lieu environ 100m avant le refuge, sur une aire de stationnement au pied des pâturages.

0h 00: aire  de stationnement à 1440m. 30T 0690529; 4757960.
On grimpe rudement hors sentier direction nord, en se rapprochant de la lisière du bois (NB: il existe plus à l'Est un sentier bien marqué, près de quelques piquets de clôtures et des vestiges des anciennes remontées mécaniques. Nous l'avons pris au retour)
0h 20: On retrouve à 1520m - 30T 0690570; 4758137- le sentier cairné que l'on va suivre direction NNO.
0h 30: Pierrier, 1574m; 30T 0690501; 4758318. On bifurque progressivement à l'ouest en s'élevant en zig-zags.
0h 40: Bosquet de hêtres à 1630m; 30T 0690369; 4758361. Le sentier herbeux qui le contourne peut être glissant (herbes hautes, feuilles couvrant le sentier ..). On enroule ainsi le mini bosquet par la gauche pour rejoindre une crête herbeuse par une sente raide qu'il ne faut pas quitter.
Nous avons préféré (...) viser légèrement au NNE un cairn imposant- inutile, sauf peut-être en cas de brouillard- avant de remonter vers la crête herbeuse dans des hautes herbes humides .
1h 05: Milieu de l'éperon à 1721m; 30T 0690255; 4758444.
On poursuit direction nord en suivant les cairns. 
1h 30 environ: Jonction des deux départs de couloirs à 1860m; 30T 0690230; 4758642. On remonte à gauche un pierrier instable de petits éboulis, avant de s'engager dans la faille elle-même. Celle-ci se rétrécit de manière spectaculaire. On progresse prudemment dans les cailloutis, en s'aidant parfois de la paroi de droite.
1h 55: Fin du défilé/Faille à 1919m; 30T 0690127; 4758688. 
On bascule versant nord en perdant un peu d'altitude et en visant un petit col légèrement à l'Est.
2h: Col herbeux à 1911m- 30T 0690116; 4758713. On appuie franchement au NNE vers la crête  qui  ce jour -là était enneigée. 
On progresse non loin de la crête, direction ENE, en évitant le fil et en se méfiant des crevasses, surtout sur sol enneigé. A 20mn du sommet environ, on passe près de la partie supérieure du couloir que nous avons repéré pour  la descente.
2h 30: OELHARISSE ou Oueillarisse, 1979m;  30T 0690499; 4758664.
Vue partiellement bouchée et vent violent le jour de notre sortie...

Nous sommes revenus par le même itinéraire jusqu'au point coté 1915- 30T 0690234; 4758720- jusqu'à l'entrée du 2ème couloir, caillouteux et terreux, très instable. On descend ce dernier en restant très concentré et en se méfiant des chutes de pierres (casque indispensable). On remarque vers le milieu du couloir un spit qui semble mal placé. (1)

2h 45 environ: Jonction des 2 couloirs à 1860m.
On retrouve l'itinéraire de montée en restant soigneusement sur l'éperon herbeux que nous avions quitté par erreur quelques minutes le matin, vers 1690m.
4h 30 à 5h selon conditions: aire de stationnement.
  • (1) Ce couloir, parfois nommé "Pas de l'Oelharisse", est à peine plus utilisé à la montée semble-t'il.