Vers le Montpius en Val d'Aran

Val d'Aran plâtré de neige et tempête de ciel bleu
dans la solitude hivernale... que demander de plus.
Cliquer sur les photos pour les agrandir.
 Plan approximatif du parcours en bleu.
Carte au 35000ème

 La piste, peu après le départ de Casau.

 Vue sur le Tuc de Guilhem.

 Traversée du ruisseau vers 1550m.

 Uishèra depuis la piste.

 Tuc de Mieidia.

 Remontée du vallon vers 1670m.

Progression sous la crête au SE de Sepeguilha.

Crête de Pomarola au Sud. 

 Montée vers la croupe de Saplan.
Partie plus raide. 

...et même un peu plus... 

Près de la croupe de Saplan,
vue vers l'Est. 

La crête près de la cabane de Saplan. 

 Cabane et au second plan, 
crête dera Sèrra.

Montpius et crête dera Sèrra.

 Tuc de Letassi et Montcorbison.

 Panorama vers le nord.

 Les camarades au Sommet du Montpius.

 Serra de Rius.

Retour des comparses par la crête NE. 


Après la loongue pause repas,
descente dans un vallon ombragé... 

Lumière du soir vers la fin du parcours.

17 février 2019:
Première sortie "hivernale" de l'année, à 100% dans la neige ou presque... Embarqué un peu au dernier moment dans le Val d'Aran par des compagnons enthousiastes- Merci Dino et Dédé-, je me suis laissé tenter malgré une forme peu reluisante et l'enneigement imposant de ce mois de février.

Superbe parcours dans une région attachante que je n'avais pas revue depuis quelques années.
L'ascension du Montpius, belvédère peu connu- nous n'avons vu personne de la journée -, mais très intéressant sur les Pyrénées centrales, impose 1100m de dénivelé depuis le village de Casau, près de Vielha.
Trahi par une condition physique un peu "juste", je me suis contenté avec plaisir du beau plateau de Saplan à 2010m, après 900m de montée dans la neige parfois lourde et éprouvante mais toujours abondante et immaculée... et parfaitement tracée par mes deux compagnons du jour!

RESUME DU PARCOURS
Sortie hivernale.
Equipements nécessaires: raquettes, crampons...

Accès route: Depuis Montréjeau, prendre la N125 en direction de St Béat et de la frontière. Après avoir traversé Vielha par la K62, bifurquer à droite juste avant le Parador pour rejoindre le village de Casau. 

0h: Parking de Casau, 1114m; 31T 0318575; 4730464. 
On monte vers les dernières maisons du village (escalier raide...) puis on s'élève derrière la dernière maison en s'orientant plein ouest. Le chemin, étroit au départ, rejoint rapidement un pont puis s'élève plus rudement. Il faut gérer son rythme si la neige est présente et lourde, ce qui était le cas lors de cette sortie....
Après environ 600 à 700m, on peut éviter un large détour de la piste en s'engageant dans  un bosquet à  droite. 
Revenu (s) sur la piste, la pente s'atténue et on remonte sur plusieurs kilomètres dans le bois (traversée du ruisseau vers 1550m)
2h 30 environ, en raison de l'enneigement: Entrée du vallon, peu boisé; piquet de bois. 1610m; 31T 0317196; 4729611. 
On se faufile au sud-ouest à droite du ruisseau, puis on s'élève rudement au NO en  direction du Sarrat de Sepeguilha. La suite est moins raide, on évolue dans des paysages superbes en suivant plus ou moins une direction SSO, puis ouest. On prend son temps pour viser la seconde crête du jour, à l'ouest de la crête de Pomarola, après une longue pente régulière mais plutôt raide...
3h 30: crête et cabane visible à 1900m; 31T 0316421; 4729247.
3h 45: Un peu plus haut (2010m environ), on aperçoit à l'OSE le Montpius et sa pointe caractéristique. 
Laissant bientôt mes compagnons du jour en terminer avec l'ascension et revenir rapidement par la crête NE, je les ai retrouvés ensuite sur le plateau de Sapla pour quelques agapes bienvenues. Moment de détente et de réconfort (...) malgré le vent froid qui ne nous avait pas quittés depuis la fin de matinée.
Nous sommes revenus par un vallon secondaire assez raide jusqu'à  la bifurcation cotée 1610, et par la piste ensuite.
6h 15 environ, sans les pauses..: Casau.

Quelques photos vers le Rey...

Petite séance photos, 
dans la neige fraîche du piémont..
Cliquer sur les photos pour les agrandir.
Soum de las Picarras, peu après le départ 
de le Rue du Rey. 

Premier abreuvoir. 

YoupieeE...... 

Pause dans la forêt.

Noisetiers sous la neige. 


Près du plateau à 840m. 

Soum de las Picarras depuis le sentier. 

 De plus en plus de neige..

 Depuis le plateau de Dreyturère,
Lauriolle, Gerbe, Aran...masqués par les nuages.

 Soum de las Picarras.


Borne à 840m

Plaine d'Arudy puis Oloron. 

Crête de Lazerque.

3 février 2019:
Première et courte sortie "hivernale" de l'année, juste pour s'aérer et prendre quelques photos de paysages couverts de neige tombée en abondance la veille. La montée jusqu'au plateau de Dreyturère s'est effectuée sur une neige assez souple. La partie supérieure, surtout vers 950-1000m, était recouverte d'une neige un peu plus dure et épaisse.

Petit bol d'air bien sympa sur les flancs du Soum de las Picarras, beau belvédère sur la vallée d'Ossau et les crêtes environnantes.

Lindus et Crête de Laurina ou Laurinaga

Crête chargée d'histoire,
 facile mais ventée (!..), pour terminer l'année.
Cliquer sur les photos pour les agrandir.
 Plan du parcours;
portions retour et AR Trona en rouge.

 Col de Lindus, direction le Lindus à gauche.

En montant vers le Lindus.

Accueil bien venté
au sommet du Lindus...

 Depuis le sommet du Lindus,
restes de l'enceinte fortifiée (Redoute)
puis Autza, Gorramendi, Iparla, Adartza. 

Depuis le sommet du Lindus,
restes de l'enceinte fortifiée (Redoute)
puis Mendihaundi, Adi

Depuis le sommet du Lindus,
restes de l'enceinte fortifiée (Redoute), puis Astobizkar.

 Depuis le sommet du Lindus,
restes de l'enceinte fortifiée (Redoute)
puis plaine de Burguete-Auritz.

Depuis le sommet du Lindus,
Adi, Isterbegi, Saioa; plus près, Urtarai.. 

  Depuis le sommet du Lindus,
zoom sur Autza, Gorramendi, Iparla.

Depuis le sommet du Lindus,
Adartza, crête de Lauriña.

 Depuis les environs du col Mizpirachar,
Aiako Harria / Trois Couronnes, Larrun / La Rhune.

 Depuis le sommet d'Atxistoi,
Okoro, Alba...

 Sommet de Txapelarriko Kaskoa, restes de redoute
 et BF n°159, sur fond de Lauriña.

 Depuis le sommet de Txapelarriko Kaskoa, 
col de Berhain et vue sur Lauriña ou Lauriñaga.

 Montée finale de Lauriña ou Lauriñaga.

 Depuis le sommet de Lauriña ou Lauriñaga
antécime NW, puis Autza, Gorramendi, Iparla au loin, 
et plus près, Argarai, Adartza, Mendimotza..

 Depuis le sommet Est de Lauriña ou Lauriñaga,
massif d'Argarai-Adartza.

 Depuis le sommet de Lauriña ou Lauriñaga,
regard en arrière sur Atxistoi, Lindus, Mendixipi...

 Vol de vautours sur Lepoeder...

 Début de la descente, vue sur
Atxistoi, Trona, Lindus, Mendixuri...

 Depuis le sommet de Trona, 
restes de redoute et en arrière-plan, Astobizkar.

 Depuis le sommet de Trona,
Castilllo de Acher et Visaurin  enneigés,
entre Erdilo et Girizu.

 Depuis le sommet de Trona, 
restes de redoute et Lindus.

Collégiale de Roncevaux.

26 décembre 2018:
Débonnaire et évidente par temps clair et en absence de neige, la crête Lindus-Lauriña est surtout connue pour abriter de nombreux vestiges de redoutes aménagées au fil des siècles. Située près de Roncevaux/Orreaga/Roncesvalles et des lieux probables de la "fameuse" bataille (1), la région voit également passer chaque année de nombreux pèlerins en route pour St Jacques de Compostelle.

Des lieux chargés d'histoire qui connaissent aujourd'hui une certaine fréquentation, en raison de  leur facilité d'accès par les routes et/ou pistes qui balafrent le massif, surtout en période de chasse où les palombières se peuplent bruyamment ...(2)

Ces redoutes ont été probablement construites pour défendre la Navarre contre les troupes espagnoles d'Isabelle la Catholique au XVème siècle. Aménagées à plusieurs reprises, elles furent ensuite utilisées pendant les  guerres révolutionnaires de 1793, et quelques années plus tard lors d'une campagne napoléonienne.  (3)

Je n'étais pas retourné à Lindus depuis 1992 et notre - très ancienne! -  "HRP Basque.."
Ce fut un réel plaisir d'y revenir, ainsi que de visiter la crête jusqu'à Lauriña ou Lauriñaga, malgré un vent violent qui nettoyait heureusement le ciel. La randonnée, évidente, se déroule le long de la clôture du Kintoa/Pays Quint, autre témoin d'une époque ancienne, et bien pratique pour se repérer en cas de mauvais temps.
  • (1) Plusieurs historiens situent les lieux de la bataille de Roncevaux près du col Lepoeder et des flancs de l'Astobizkar
  • (2) Un programme Aquitano-Navarrais d'observation des oiseaux est installé près du col de Lindus...  et des palombières... Ce beau monde n'a plus qu'à cohabiter avec intelligence...
  • (3) Beau résumé ici, de cette tranche d' histoire originale...

RESUME DU PARCOURS..........
.......................... sur mon autre blog