Mont Rouch, la beauté ariégeoise... sauvage.

Ascension âpre, souvent exposée,
d'un sommet ariégeois qui se mérite!
Cliquer sur les photos pour les agrandir.
Plan du parcours.
Variante en vert au retour.
 Cirque de Leziou, après la sortie de la forêt.

Vallée du Salat, depuis le cairn à 1912m

Cabane du Clot de Dessus (2012m)
Au second plan, Cap de Léziou?

Mont Rouch et son pierrier, depuis la montée vers la crête NE.

Mont Valier.

Massif Aneto-Maladeta depuis la crête du Mont Rouch.

Crête du Mont Rouch, depuis la crête frontière.

Pic Ventolau et lacs de la Gallina,
depuis la fin de la crête du Mont Rouch.

Vallée du Salat, depuis l'avant-sommet du Mont Rouch.

Derniers pas avant le sommet du Mont Rouch.

Estats-Montcalm, depuis le Mont Rouch.

Mont Rouch d'Espagne (2864m)
depuis le sommet du Mont Rouch de France
Au fond, pic de Ventolau.

Massif Besiberri-Comaloforno,
depuis le sommet du Mont Rouch.

Maubermé (2888m) depuis le Mont Rouch.

Passage délicat à 1666m, au retour:
contournement de l'entaille du ravin.

19 juillet 2009:
Voici une ascension comme probablement seule l'Ariège peut en réserver, d'un sommet discret... (1)... mais heureusement connu des autochtones et de quelques aventuriers...

Le Mont Rouch, solitaire et sauvage, est le deuxième sommet du Couserans, derrière le Maubermé et devant le célèbre Mont Valier
Il réserve quelques surprises aux-rares- audacieux qui s'aventurent sur son versant nord: dénivelé imposant (plus de 1900m à avaler dans la journée, sauf si l'on décide de camper au pied du Cirque de Léziou à 1800m ou de dormir à la cabane à 2012m), sentiers étroits et vertigineux, parfois en mauvais état, ce qui les rend dangereux sur sol humide ou en cas de défaillance...
La fin de l'itinéraire, plus "classique" avec ses éboulis et sa jolie crête en rocher franc, savent heureusement apaiser les douleurs ressenties pendant la montée...
Et les paysages et le panorama qu'offrent cette course combleront les amateurs de sites sauvages qui ne se bousculent pas au sommet...

Curieusement, ce type d'aventure donne envie de retourner dans des lieux qui ressemblent au Mont Rouch, pour peu que l'on soit en compagnie de "connaisseurs", comme ce fut mon cas lors de cette longue et magnifique journée...
  • (1) Versant Sud, le Mont Rouch, appelé Mont Roig, est un peu plus fréquenté et plus facilement accessible par la vallée de Cerbi.

RESUME DU PARCOURS:
Course au fort dénivelé, parfois hors sentier. 
Pentes raides, nombreux passages délicats.  
NB: les coordonnées GPS sont en format de position hddd°mm'ss.s", selon le système géodésique WGS 84.

AVERTISSEMENT: Cette course, magnifique mais très longue et peu fréquentée, recèle de nombreux pièges (fort dénivelé, passages ravinés et délicats, névé pentu).
Les temps donnés ci-dessous sont approximatifs et volontairement "comptés larges".

Accès route: depuis Saint Girons, suivre la D3 jusqu'à Oust, puis jusqu'à Salau. Après le village, poursuivre au Sud la route de l'ancienne mine d'Anglade sur un peu moins de 2kms. Avant que la route ne tourne à gauche, se garer à droite sur un petit parking à 980m. Barrière avec panneau d'interdiction au départ d'une piste.

0h 00: Parking à 980m (ou 990m selon les cartes) N 42°44'48.7"; E 001° 10'56.5". On suit au SO la piste pendant 20 minutes environ et on repère sur la gauche, à l'entrée de la forêt un:
0h 20: Panneau en bois à 1130m ( N 42° 44'18.2"; E 001° 10'01.9") avec indication "Mont Rouch- hors sentier, 9h 00 A.R." (1)... On grimpe sèchement au Sud dans la forêt jusqu'à une première difficulté située à 1460m (N 42° 43'50.5"; E 001°09'47.6") où l'on doit traverser en dévers un petit torrent. Le passage est équipé d'une corde en mauvais état, plus gênante que sécurisante...
0h 45: On retrouve ensuite le sentier, toujours raide et étroit, parfois encombré de végétation. Il s'éloigne progressivement de la cascade de Léziou vers l'Ouest, revient au Sud et sort de la forêt. Il traverse un petit éboulis facile, puis une zone en dévers exposée où le sentier est dégradé (bonnes chaussures et "pied montagnard" indispensables!!).
1h 15 à 1h 20: Autre passage délicat à 1666m (N42° 43'33.8"; E 001° 09'40.8"): le sentier vient buter contre l'entaille d'un ravin, que l'on franchit avec l'aide (partielle...) d'une petite corde blanche... Le passage, déjà un peu délicat sur sol sec, est selon Véron, dangereux s'il est enneigé. Le sentier s'élève à nouveau en zig-zags et offre de magnifiques échappées sur les cascades et le Cirque de Léziou. Il atteint un minuscule replat, traverse deux ruisselets (se méfier si le débit est important), puis se dirige vers un névé raide, situé à 1870m.
2h 30 à 2h 45: Névé dur et pentu - N 42° 43'24.2";E 001° 09'34.6"- qu'il est sage de traverser avec équipement (crampons, piolet). Nous avons pourtant fait le choix de le contourner par la gauche en descendant (passage humide et délicat en désescalade) vers le torrent que nous avons traversé pour remonter dans la végétation (attention aux prises de pied). On retrouve le sentier au-delà du névé et on rejoint une zone plus agréable jusqu'à un nouveau torrent qu'il faut traverser en restant vigilant, à 1900m environ.
2h 50 à 3h: Cairn imposant et caractéristique. La voie atteint ensuite sans difficulté (enfin!) le rebord sud du plateau (Clot de Dessus), à 2012m, où se trouve une belle cabane (2) que nous n'atteindrons pas. Le sentier se dirige vers l'Est, d'abord en légère montée, puis se perd un peu en se rapprochant d'un éperon que l'on longe par la gauche (ENE). La sente se redresse nettement en zigzagant dans l'herbe, à l'écart d'un névé. Il n'y a pas de danger, mais certaines parties demandent à nouveau... un pied bien assuré...
3h 45 à 4h: Bifurcation à 2126m- N 42° 43'12.3"; E 001° 10'23.8"-: on laisse à droite une sente se dirigeant vers l'immense pierrier pour appuyer à l'Est en direction d'une crête mi-herbeuse, mi-rocheuse. Là encore, le sentier se perd et hésite entre herbe et rochers. Personnellement j'ai préféré le rocher, un peu plus stable.
4h 20 à 4h 30: On atteint la base d'une pente d'éboulis N 42° 43'01.8"; E 001° 10'49.7"- en se rapprochant de la crête NE du Mont Rouch. Une sente cairnée grimpe vers l'ESE, traverse d'abord des gros blocs, puis une portion d'éboulis plus fins. Elle atteint la crête frontière à 2673m au niveau d'un replat. La crête devient plus raide et les roches de plus en plus rouges ("rouch..."). 
On aborde la dernière partie en restant près du fil de la crête et en suivant bien les cairns, afin d'éviter quelques gros blocs austères...
5h 15 à 5h 45: Premier "sommet" orné de deux gros cairns, à 2854m. Le vrai sommet se trouve à environ 50 mètres au SO.
5h 45 à 6h: MONT ROUCH de France, 2868m. N 42° 42'42.2";E 001°10'35.9". Panorama magnifique.

Le retour se fait -en restant concentré!- par le même itinéraire, à moins de vouloir s''offrir une "boucle-bracelet"... par le Mont Rouch d'Espagne et les pierres précieuses du flanc nord...
  • (1) Cet horaire me paraîtra un peu plus tard assez optimiste...
  • (2) Le mot "Clot" signifie "creux" ou "dépression" semble-t'il. La cabane, située au creux de celle-ci, a été détruite à deux reprises par des avalanches, puis reconstruite. La dernière rénovation, très réussie (murs en pierre et toit végétal) date de 2005. L'intérieur est propre et parfaitement équipé.

8 commentaires:

xav a dit…

1900m t'es fou Peyo!!!

Lagrole a dit…

Hello Xav,
Tu as raison, on ne m'y reprendra pas...quoi que...
A+

Anonyme a dit…

Ariège terre courage....
Tu n'en as pas manqué, loin de là, Peio ! Bravo !
Nous avons pu voir ce qu'est l'âme basque...pendant la durée de cette âpre randonnée...où tu as fini...Rouch...et Blanc !
Content de t'avoir vu de Mon coté des Pyrénées !
A+ Dinosaure

Lagrole a dit…

Merci infiniment Dino !
De passage "par hasard" sur le net, je découvre ton message bien sympa.
Je retournerai volontiers en Haute Ariège qui permet vraiment de sortir des sentiers battus et de trouver des voies AUTHENTIQUEMENT pyrénéennes...
...et pour "ton" Mont Rouch, j'espère ne pas avoir trop fait d'erreurs sur le topo!
Encore merci à toi et à Roland pour cette journée inoubliable...
A+

Anonyme a dit…

Quelle rando à couper le souffle que nous n'avons malheureusement pas pu achever...

Lagrole a dit…

Bonjour,
En effet, rando "énorme"...
Mais que vous est-il arrivé? Mauvais temps? Pépin physique?
@+

fredd67 a dit…

Bonjour,

Merci pour ce magnifique topo qui m'a permis de m'attaquer a ce magnifique sommet(s)!!!
Effectivement,rarement une montée ne m'a paru aussi difficile et interminable mais le résultat en valait la peine.
Effectué le 3 aout je n'ai egalement croisé personne sauf au sommet qques espagnols venus par leur versant:un agréable sentiment de solitude assez rare de nos jours!!!
Cordialement.

Lagrole a dit…

Bonjour Fredd67 et merci beaucoup pour votre commentaire sympa! Dans ce topo, je n'ai fait que livrer mes impressions sur cette montagne si noble et marquante...
Un de mes camarades montagnards (Gérard) m'a raconté son ascension du Mont Rouch samedi 3 août également. Peut-être étiez-vous ensemble?
Cordialement.